Pacte Finance-Climat, des solutions concrètes au réchauffement climatique ?

pacte finance climat

Le 7 décembre 2017 est rendu public le Pacte Finance-Climat, un regroupement d’économistes, de représentants de villes, de personnalités de l’écologie, et de la politique sont tous signataires d’un pacte visant à faire signer un traité avant 2020 ayant pour but de mettre « la finance au service de la lutte contre le dérèglement climatique, en Europe et dans les pays du sud. »
On pourrait, à s’y tromper, croire en un énième colloque d’intellectuels réfléchissant ensemble, bien éloigné des réalités et qui n’apporteraient, une fois de plus, aucune réponse concrète. Mais non,  il n’en n’est rien, bien au contraire. Avec à la baguette des personnes investis tels que Pierre Larrouturou (Délégué-Général), ou encore Jean Jouzel (Président d’honneur), nous avons là un manifeste apportant réponses et solutions concrètes .

Gardons le contact ! Nous vous tenons informés !

Derniers articles, dernières infos, recevez notre newsletter hebdomadaire !

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

Un énième état des lieux catastrophique des prévisions du réchauffement climatique

Les rapports sont clairs, la situation vis-à-vis du réchauffement climatique est aujourd’hui très inquiétante. En effet divers événements sont mis en valeur et démontrent clairement que l’impact de l’Homme sur son environnement à des repercussions dramatique.

Les catastrophes naturelles sont plus fréquentes et plus importantes, la biodiversité est directement impactée, les vagues de chaleurs sont plus nombreuses et toujours plus caniculaires. Sans compter la démographie, qui se trouve directement affectée également avec le nombre de réfugiés climatique qui est aujourd’hui supérieur à ceux de guerre. Les pics de pollution de certaines villes, en Asie par exemple (phénomène des SMOG) n’ont eux aussi jamais été aussi présent.
Les scientifiques peuvent clairement affirmer aujourd’hui que plus de 95% du réchauffement climatique est lié à l’activité humaine.

Les enjeux de la COP21 difficiles à tenir sans un changement radical

Le 12 décembre 2015 ce sont réunit pas moins de 195 délégations pour approuver à l’unanimité: l’Accord de Paris (COP21). Cet accord engage les signataires à limiter à 2 degrés le changement climatique afin de faire face aux prévisions du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). En effet ces dernières font état d’une hausse des températures comprises entre 0,3°C et 4,8°C d’ici 2100.
Pour de lutter contre cet alarmant réchauffement climatique, les états s’engagent alors à réduire leurs émissions de gaz à effets de serre (GES). Pour la France (et l’Union Européenne), les émissions devraient être réduites de 40% par rapport à celles de 1990 d’ici 2030. Malheureusement, si l’on devrait en toute logique constater une diminution des GES d’au moins 3% par an pour respecter cet accord, les dernières données d’Eurostat 2018 faisaient état d’une progression de +3,2 des émissions en France…
L’empreinte écologique de l’Homme en France n’est donc clairement toujours pas dans la bonne direction…

Des solutions coûteuses mais pas insurmontables

L’heure n’est donc plus au doute, mais à l’action. Le réchauffement climatique est bien en route, et il est clair que peu de solutions concrètes sont mises en place. A ce sujet, le Pacte Finance-Climat apporte son lot de propositions.
Une chose est certaine, cela va coûter cher. Une enveloppe de 1500 milliards d’euros en 30 ans serait nécessaire pour pouvoir agir concrètement. En Europe, ce serait 1.115 milliards d’euros chaque année pour pouvoir investir réellement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais nous avons pu le constater, les enjeux sont colossaux, et les moyens financiers doivent être trouvés. L’un des arguments majeur de ce Pacte, est que la BCE a su créer 1.000 milliards (oui, vous avez bien lu, « créer ») pour voler au secours des banques en 2014 après la crise financière de 2008. Ce qui tend bien à penser, il faut l’avouer, que des solutions peuvent être trouvées quand les états souhaitent agir et y trouvent un intérêt commun.
Un veritable Plan Marshall pour le développement durable est proposé par les signataires. Le financement est également explicitement détaillé, et les solutions apportées absorbent les retombées financières sur les populations. En effet, le Pacte Finance-Climat propose de transformer la Banque Européenne d’Investissement en véritable Banque Européenne du Développement Durable, avec pour mission de financer la transition écologique. Il met également l’accent sur le financement pouvant être récupérer grâce à un impôt sur les bénéfices, afin, dans le même temps, de lutter contre la part croissante des bénéfices qui n’est pas réinvestie dans l’économie réelle au profit d’actionnaires. L’écologie a aujourd’hui assez d’importance pour que les différents états y accordent de véritables moyens financiers.

Les solutions proposées par ce Pacte Finance-Climat donnent réellement à réfléchir, et méritent toute notre attention. Les signataires de divers horizons donnent du poids à un projet s’appuyant sur des données solides et proposant des solutions concrètes.

Si vous désirez en savoir davantage sur le Pacte Finance-Climat, n’hésitez plus et retrouvez tous les détails sur le site internet. Toutes les informations y sont détaillées !

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu